Qu'est-ce que la pharmacie clinique ?

Cette discipline est née aux États-Unis dans les années 60 avant de se répandre dans les pays anglo-saxons et au Québec notamment.

Elle a été définie pour la première fois en 1961 comme « l’utilisation optimale de jugement et des connaissances pharmaceutiques et biomédicales du pharmacien, dans le but d’améliorer l’efficacité, la sécurité, l’économie et la précision selon lesquelles les médicaments doivent être utilisés dans le traitement des patients ».

La pharmacie clinique repose ainsi sur la présence du pharmacien "au lit du patient" et « aux côtés » des équipes médico-soignantes, pour participer directement à l’optimisation du traitement médicamenteux, dès l’entrée à l’hôpital, durant tout le séjour, jusqu’au retour à domicile.

La pharmacie clinique du centre hospitalier de Carpentras

En 2019, l’établissement au travers de son président de la commission médicale d’établissement, le Dr Nizard BEJAOUI, a répondu à un appel à projet de l’ARS PACA dans le but de renforcer son équipe de pharmaciens cliniciens par le recrutement du Dr Soufiane CHOUIRFA, pharmacien assistant spécialiste.

Cette équipe transversale de pharmaciens cliniciens peut ainsi couvrir l’ensemble de ses lits d’hospitalisation de médecine et de court séjour gériatrique. Leur mission consiste à :

  • vérifier la conformité des prescriptions,
  • s’assurer du respect des contre-indications,
  • identifier les risques d’interaction, y compris avec les produits de santé non prescrits (automédication) ou prescrits par d’autres intervenants,
  • surveiller les effets indésirables éventuels,
  • apporter leur expertise en matière de médicaments et dispositifs médicaux stériles,
  • proposer au patient (ou à la tierce personne en charge du traitement), un plan de prise qui va l’aider à comprendre son traitement et à le prendre de manière efficace et sécurisée.

Comment se déroule cette prise en charge ?

  1. Les patients pris en charge en pharmacie clinique sont sélectionnés selon des critères d’âge, de pathologie(s), de complexité de leur traitement habituel.
  2. Le pharmacien clinicien récupère toutes les informations disponibles sur le traitement du patient, auprès de son médecin traitant, de ses médecins spécialistes, de sa pharmacie d’officine.
  3. Il s’entretien avec le patient et/ou son aidant, au début de son séjour, pour évaluer ses habitudes de prise des médicaments (notamment en automédication), sa compréhension du traitement habituel, ses difficultés et les éventuel effets indésirables rencontrés.
  4. Sur la base de ces informations, il réalise un bilan médicamenteux optimisé qui aidera le médecin hospitaliser à optimiser ses prescriptions durant tout le séjour.
  5. En fin de séjour, le pharmacien établit un plan de prise des médicaments et aide le patient (ou son aidant) à comprendre son traitement et à respecter les bonnes pratiques de prise.
  6. Il informe également par courrier les médecins référents du patient (médecin traitant et spécialistes) ainsi que son pharmacien d’officine ; des modifications de son traitement et des modalités de surveillance.